ORACLE

L’Observatoire ORACLE/BVRE Orgeval (Bassin Versant Représentatif et Expérimental) est un système d’observation et d’expérimentation situé à 70 km à l’est de Paris (France), depuis 1962. A ce titre, i) il produit des observations continues et long-terme multi-variables et multi-échelles d’un ensemble de sous-bassins versants emboîtés (1km² à 1800 km²) et ii) accueille un ensemble de dispositifs expérimentaux liés à l’observation de l’environnement. Représentatif des grands ensembles sédimentaires à dominante agricole fortement anthropisés, il est caractérisé par un climat océanique tempéré sur lequel les circulations atmosphériques d’ouest sont dominantes (pluviométrie annuelle cumulée de 674 ± 31 mm avec des événements pluvieux faibles répartis sur l’ensemble de l’année, évapotranspiration potentielle de 642 ± 20 mm, températures moyennes de 11°C).Constitué d’un plateau relativement plat (Alt 140 m am.l.), il est incisé par les rivières du Grand Morin et du Petit Morin (Alt 100m) (débit annuel de 0,6 m³/s  à 5,65 m3/s, des crues de 26 m³/s à 88.6 m³/s et des étiages de 0,02 à 1.7 m³/s). Il est recouvert de dépôts éoliens quaternaires (jusqu’à 10 m d’épaisseur), essentiellement constitués de lentilles de sable et de limon peu perméables Plusieurs aquifères sont associés à des formations tertiaires stratifiées (Éocène et Oligocène). Les bassins versants observés sont importants car ils influencent les apports d’eau de l’agglomération parisienne, tant en terme quantitatif que qualitatif. Sa configuration en bassin versant emboités permet de répondre aux questions de changement d’échelle. Enfin, l’antériorité de ses observations sur plus de 50 ans, système d’observation de l’environnement le plus ancien de France, permet de répondre aux questions de changements globaux.

Ses objectifs sont :

1. de fournir des observations long-terme de l’environnement, bases scientifiques et opérationnelles sur le fonctionnement et la dynamique des bassins versants agricoles. Ceci passe par la gestion de  l’instrumentation (81 stations de mesures sur 60 sites géo-référencés) et des données de l’observatoire ORACLE (https://bdoh.irstea.fr/ORACLE/) ;

2. de mettre en place les observations qui permettent d’établir des bilans hydrologiques, biogéochimiques, énergétiques et biologiques. Une observation globale et intégrative de l’environnement  permet la compréhension et la modélisation du système (Zone Critique et bassin versants) à des fins scientifiques mais aussi opérationnelles (quels aménagements contre les risques, inondations, sécheresses, qualité de l’eau, tous en préservant la biodiversité et les activités humaines ?). Le suivi de ces bilans sur le long terme permet d’appréhender leur dynamique (périodicité, stationnarité) faces aux changements climatiques et aux aménagements anthropiques ;

3. de développer l’instrumentation et la mesure nécessaires à l’observation long-terme de l’environnement, soit dans le cadre de la recherche, soit dans le cadre opérationnel et industriel.