Auradé

Le bassin versant (BV) d’Auradé est piloté par le Laboratoire d’Ecologie fonctionnelle et Environnement (EcoLab), Unité Mixte de Recherche CNRS-INEE, Institut National Polytechnique de Toulouse et Université Toulouse III-Paul Sabatier.

Ce BV (328 ha, Sud-Ouest de la France) est représentatif des bassins versants des coteaux de Gascogne. Il est drainé par le ruisseau du Montoussé qui est un sous-affluent de la Save (1110 km2), un affluent rive gauche de la Garonne. Le BV d’Auradé est essentiellement cultivé (94% de blé et tournesol en rotation). Les sols sont argileux et carbonatés car ils se sont développés sur des dépôts molassiques du Miocène (substratum imperméable) qui viennent de l’érosion de la chaîne des Pyrénées). Le climat continental océanique (P=700-800 mm.y-1; Q= 80-120 mm.y-1) avec une forte évapotranspiration, des sécheresses sévères et des crues éclairs, comme dans les climats méditerranéens semi-arides.

Les suivis hydrochimiques ont été initiés en 1982 par la société AZF, aujourd’hui Grande Paroisse Azote (GPN), pour étudier l’impact des pratiques agricoles sur les fluctuations des pertes d’azote, sous forme de nitrates dans le ruisseau à l’exutoire du bassin versant. Ainsi, une série de données de 35 années est aujourd’hui disponible, en particulier pour les précipitations et le débit, les concentrations en nitrates et les pratiques agricoles.

Depuis 2004, le BV d’Auradé est piloté par EcoLab en collaboration avec GPN (convention jusqu’en mai 2011) et depuis 2011, ce site expérimental est soutenu par l’INEE-CNRS. De nouveaux paramètres sont alors mesurés avec une fréquence hebdomadaire et avec des suivis haute-résolution en périodes de crue (cations et anions majeurs, alcalinité, silice dissoute, nutriments, pH, conductivité, carbone organique dissous, matières en suspension, éléments traces, pesticides, isotopes de H, O, C, N…). Depuis 2006, les mêmes suivis hydrochimiques sont effectués sur la Save à l’exutoire du bassin, à la station de Larra.

Depuis 2010, une sonde multi-paramètres a été installée, équipée de différents capteurs pour mesurer en continu hauteur d’eau, pH, conductivité, turbidité,  et nitrates. Ces mesures en continu sont calibrées toutes les semaines à partir d’analyses en laboratoire.

De 2001 à 2007, le BV d’Auradé faisait partie du réseau national de BV du GRAPPE (Groupes Régionaux d’Action contre la Pollution par les produits Phytosanitaires dans l’Environnement). En conséquence, 7 années de suivis sur les pesticides sont disponibles. Depuis 2011, le BV d’Auradé est une Plateforme Régionale de Recherche et d’Innovation en région Occitanie et il fait partie du réseau français des bassins versants (RBV).

Le BV expérimental d’Auradé est dédié aux observations à long terme des impacts des activités agricoles et des changements climatiques sur la qualité des eaux, des sols, des sédiments et des écosystèmes aquatiques, de l’altération chimique des roches, de l’érosion physique des sols, des flux d’eau et de carbone et des transferts de contaminants.

Les objectifs scientifiques sont (i) d’établir des bilans des flux de matières (matières en suspension, éléments majeurs, nutriments et polluants) en réponse aux fluctuations hydro-climatiques et aux pressions anthropiques (pratiques agricoles) ; (ii) de comprendre et de modéliser les mécanismes qui contrôlent leur transfert ; (iii) de déterminer l’impact des polluants sur la biologie, en allant des organismes aux communautés.

Les objectifs opérationnels sont (i) de suivre l’impact des dispositifs agri-environnementaux et des mesures prises sur la qualité de l’eau et ces écosystèmes aquatiques ; (ii) de mettre en place des scénarios en réponse aux changements climatiques, changements d’occupation des sols et changements de pratiques agricoles ; (iii) de déterminer des indicateurs biologiques pertinents pour suivre l’état de santé des écosystèmes aquatiques.

L’originalité de ce BV expérimental est le lien fort avec l’association locale des agriculteurs (GAGT) et les interactions nombreuses avec les partenaires socio-économiques (coopératives agricoles, Chambres d’Agriculture, Région Occitanie) et les Agences nationales de l’eau et de la biodiversité (ONEMA, Agence de l’Eau Adour-Garonne). Tous ces partenaires permettent de développer à la fois des recherches fondamentales et du R&D pour une gestion opérationnelle afin d’améliorer la qualité des sols, des sédiments et des eaux et de préserver la santé des écosystèmes.